Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2015

Bourse et éthique.

À l’heure où les dés sont pipés en bourse, où les banques manipulent leur taux de change, où les robots sont en charge de la stratégie de hedge funds, il est urgent de rétablir une information saine pour les petits investisseurs.

Le scandale de la manipulation de grande banque du taux du Libor ne fait que commencer, même si le monde de la finance à tout intérêt à l’étouffer.
Le système économique libéral ne peut fonctionner qu’avec une concurrence pure et parfaite, dont le pilier est la transparence de l’information.

Actuellement, nombre d’instruments financiers s’échangent afin de faire du bonneteau avec les crédits publics ou privés dont les banques veulent se débarrasser. C’est le problème de la dette de nombreux pays européens qui est détenue par les marchés financiers et non par des particuliers comme aux États-Unis ou au Japon.

Même les mathématiciens au sein des banques sont incapables d’évaluer le risque des produits échangés par les traders, quand ils ne sont pas indexés sur les cycles de la lune ou ceux des thèmes astraux.

En tout état de cause, ce n’est pas en étant des moutons de Panurge qu’il est possible de gagner en bourse.

La bourse n’est pas forcément une mauvaise chose pour l’économie: il est possible de choisir des placements éthiques et rentables pour favoriser des entreprises à la philosophie de commerce saine, comme celles qui choisissent le commerce équitable.

La bourse doit donc redevenir un lieu d’investissement éclairé, et non plus un casino mondial pour un petit nombre d’initiés.

Enfin, il est urgent d’instaurer la taxe Tobin, qui serait même une bonne chose pour la stabilité de la bourse elle-même, en limitant la possibilité de trade intraday des robots. Les investisseurs particuliers ont tout à gagner que la bourse ne soit plus branchée sur du courant alternatif.

Des placements éthiques et rémunérateurs existent déjà, soutenons-les.

Les commentaires sont fermés.