Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/11/2012

Le cours de l'or flechit

 

Le cours de l'or a fortement fléchi pour atteindre son plus bas niveau depuis huit semaines. En cause, les chiffres concernant les créations d'emplois aux Etats-Unis.

Le cours de l’or est passé en dessous de la barre des 1700 dollars l’once pour la première fois depuis plus d’une semaine. Le prix spot de l’or (prix fixé pour une livraison immédiate) a baissé à 1692,19 dollars-soit le plus faible niveau depuis la première semaine de septembre-pour remonter ensuite à 1695,65 dollars. Le prix du contrat à terme pour une livraison en décembre a reculé à 1,695.50 dollars.

A l'origine de ce mouvement, les bons chiffres de l’emploi aux États-Unis. Selon le département du Travail américain, 171 000 nouveaux emplois ont été créés en octobre, après 148 000 en septembre. C’est davantage que la moyenne des anticipations des analystes, qui était de 125 000.

Cet élément d’information a eu pour conséquence de réorienter l’allocation de l'argent des investisseurs de l’or vers le dollar. L’indice US Dollar, un indice qui suit l’évolution du billet vert contre six devises étrangères, a progressé de 0,52% à 80,65.

Le marché s’attend notamment à ce que l’embellie sur le front macroéconomique au sein de la première puissance économique mondiale conduise la Réserve fédérale américaine à mettre le pied sur la pédale de frein pour ralentir le rythme et réduire l’ampleur de ses rachats de titres sur les marchés financiers.

La Banque centrale avait annoncé en septembre son intention de se lancer dans une troisième phase d’assouplissement quantitatif, consistant à racheter 40 milliards d’actifs financiers, de manière à soutenir l’économie.

Lire le reste de l'article: Baisse du cours de l'or à son plus bas niveau depuis huit semaines

le nouveau commerce du prix de l'or

1) Pourquoi une nouvelle ruée vers l'or ?

Le commerce de l'or n'a jamais été aussi florissant. Dans les journaux, à la TV, à chaque coin de rue, impossible d'échapper à cette fièvre de l'or. Il faut dire qu'en 5 ans, la valeur du précieux métal a triplé. L'achat et la vente d'or se multiplient. Comment s'y retrouver dans cet immense marché? Comment vendre au juste prix? Questions à la une a mené l'enquête dans plusieurs boutiques d'achat.

La Banque nationale nous a aussi ouvert les portes de ses réserves d'or. Nous verrons pourquoi, en temps de crise, l'or connaît une telle envolée. Au point qu'un peu partout dans le monde, on réactive d'anciennes mines désaffectées. Et si la Belgique s'y mettait-elle aussi? Il reste de l'or dans le sous-sol belge.

Reste de la'rticle: 

Le pétrole recule

 

Les cours du pétrole accentuaient leur repli vendredi en fin d'échanges européens, plombés par le renforcement du dollar suite à l'accélération des embauches aux Etats-Unis en octobre, alors que les opérateurs attendaient désormais prudemment l'élection présidentielle américaine.

Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 106,49 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,68 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,78 dollar à 85,32 dollars.

Le billet vert trouvait du soutien dans l'annonce vendredi de la création par l'économie américaine de 171.000 emplois de plus qu'elle n'en détruisait en octobre, soit une hausse de 16% par rapport à septembre et nettement supérieur à la prévision médiane des analystes, qui donnait 125.000 créations de postes nettes.

Le renforcement de la devise américaine pèse sur les cours de l'or noir car il rend moins intéressant les achats de brut, libellé en dollar.

De plus, "l'humeur sur les marchés reste terne", observaient les analystes de Commerzbank, malgré de bons indicateurs pour le mois d'octobre publiés la veille aux Etats-Unis.

Après le passage de l'ouragan Sandy, qui a frappé lundi et mardi l'est des Etats-Unis et dont les dégâts pourraient culminer à 50 milliards de dollars, les marchés avaient notamment été rassurés par une nouvelle amélioration du moral des ménages et par l'accélération de l'activité du secteur manufacturier.

Sur le plan des fondamentaux du marché (offre et demande), les investisseurs avaient bien accueilli dans un premier temps jeudi la baisse forte et inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 26 octobre, soutenant ainsi les cours du WTI.