Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/10/2012

L'or de l'Alemagne a disparu.

 

Publié le 30/10/2012

Et si l’Allemagne trichait et ne détenait pas autant d’or qu’elle le prétend ? Selon James Turk, expert en métaux précieux, les réserves d’or de l’Allemagne seraient épuisées depuis une dizaine d’années.

Par Charles Sannat.

Tout part d’une question : combien l’Allemagne a-t-elle d’or dans ses réserves ? Une question qui en soulève d’autres : et si l’Allemagne trichait et ne détenait pas autant d’or qu’elle le prétend ? Pourquoi chercher à rapatrier tout l’or détenu dans des coffres étrangers ? Une chose est sûre, il n’y a pas de fumée sans feu, et la Cour des comptes fédérale allemande n’exige pas un inventaire exhaustif des stocks d’or de la Bundesbank sans raison…

L’Allemagne est le 2e détenteur d’or mondial avec 3395t en réserves, des réserves qui, pour des raisons à la fois politiques et historiques, sont stockées pour la plupart à l’étranger. Si 95% des réserves d’or sont stockées entre la Fed. à New-York, la banque centrale de Londres et Paris, c’est à la fois parce que l’Allemagne craignait à l’époque d’être envahie par l’ex URSS et aussi pour avoir des réserves disponibles à titre de garantie, en cas de besoin de devises étrangères.

Le fait qu’aucun audit n’ait été réalisé depuis plus de 30 ans et le refus de la Fed. de laisser vérifier le stockage des lingots à l’intérieur des coffres a mis le feu aux poudres.

Selon James Turk, expert en métaux précieux, les réserves d’or de l’Allemagne auraient été épuisées depuis une dizaine d’années, en raison d’activités de leasing (location) via des swaps complexes sur le marché (cf. extrait de l'interview ci-dessous). L’or allemand ne serait plus, il a été loué. James Turk avait déjà évoqué les problèmes de stocks d’or de l’Allemagne à l’époque, dès 2001.

La Bundesbank a cependant tenu à rassurer sur son intégrité, par le biais d’un communiqué de presse sur son site, et a promis, malgré sa volonté de vouloir continuer de stocker ses réserves à l’étranger, de procéder à des prélèvements occasionnels de quelques dizaines de tonnes (150 en tout) pour « vérifier la teneur en or de ses lingots ».

Pourquoi maintenant ?

À cause de la crise et parce que l’Allemagne détient les plus importantes réserves d’or de la zone euro. Dans un climat d’incertitude économique très forte, l’or devient un enjeu géopolitique incontournable. Mario Draghi a lui-même récemment évoqué la possibilité d’euro-obligations adossées à l’or ; l’Allemagne a donc tout intérêt à savoir précisément ce qu’elle a en coffre !

De là à ce que l’Union Européenne décrète l’interdiction de la vente libre de l’or, il n’y a qu’un pas. Comme disait Madame Lagarde il y a peu, « Nous sommes dans une économie de temps de guerre ».

 


Dans une interview sur King World News, James Turk a déclaré :

« Tout l’or de l’Allemagne a disparu, car il a été « prêté » sur le marché. C’est-à-dire que les coffres contenant de l’or de l’Allemagne ont fini d’être vidées en 2001, à cause des activités de « leasing » de la Bundesbank.

Les Allemands en ont prêté plus de la moitié, et l’autre moitié a éventuellement été prêtée sur le marché, ainsi qu’au travers d’échanges (swaps) compliqués avec les USA. Mais la réalité est que, depuis 2001, cet or allemand a disparu. Ce qui veut dire que tout l’or de l’Allemagne, supposément entreposé dans des coffres... tout cet or n’y est pas, il a été « prêté » sur le marché.

Il n’est pas certain que cet or prêté soit revenu dans ces coffres, c’est à dire que ces coffres, qui sont supposées contenir l’or de l’Allemagne, sont peut-être encore vides. »

29/10/2012

Cours de l'or du 29 octobre 2012

L’or toujours à la baisse ce lundi.

Le cours de l’or  légèrement en baisse aujourd’hui, en raison des craintes sur l’état de l’économie mondiale, et des positions vendeuses puisque un  ouragan monstre a commencé à s’approcher de la côte Est américaine, et les  bourses sont fermées à New York.

La semaine dernière, l’or avait baissé pour la troisième semaine consécutive en raison d’une série de données américaines plutôt décevante,  et de l’incertitude quand à la poursuite du Qe3 de la réserve fédérale américaine.

Les conditions météorologiques ont provoqué l’arrêt des marchés boursiers a New York. C’est une première depuis  27 ans. Wall Street restera fermé jusqu’à mardi.

L’or au comptant avait  diminué de 0,2 pour cent à 1,708.06 $ par once 1 a 17H49 GMT.

L’or pour livraison en décembre baisse de 3,20 $ pour s’établir  à 1,708.70 $ l’once à, avec un volume de négociation de seulement un tiers de sa moyenne sur 30 jours, selon les premières données analysées.

Les chiffres américains sur les emplois non agricoles seront publiés vendredi. Nous nous attendons à une journée très stressante pour l’or ce jour la, puisque la Fed a explicitement lié son programme de rachat d’obligations hypothécaires  à la reprise du marché de l’emploi.

 L’or au comptant se dirige également vers sa plus grande perte mensuelle depuis le moi de mai de cette année, après avoir atteint un sommet sur 11 mois a1.795 $ l’once, sommet atteint  le 5 Octobre.

Prix en bourse des pièces et lingots or, du 29 Octobre 2012

Monnaies et lingotsCotation LondresCotation CPRoR
Lingot 42 564,00€ 42 590,00€
Lingotin 500g 21 282,00€ 22 580,00€
Lingotin 250g 10 641,00€ 11 200,00€
Lingotin 100g 4 256,40€ 4 520,00€
Lingotin 50g 2 128,20€ 2 240,00€
Lingotin once CPoR 1 323,74€ 1 405,00€
20 F Napoleon 247,13€ 255,20€
20 F Suisse 247,13€ 251,90€
20 F Union Latine 247,13€ 246,00€
Souverain 311,44€ 315,00€
20 $ US 1 280,88€ 1 421,00€
10 $ US 640,42€ 774,00€
50 Pesos 1 596,11€ 1 610,50€
10 Florins 257,77€ 270,00€
Krugerrand 1 322,89€ 1 418,00€
10 F Napoleon 123,56€ 145,90€
20 F Tunisie 247,13€ 250,00€
Souverain Elisabeth II 311,44€ 318,00€
1/2 Souverain 155,74€ 170,00€
5 $ US 320,21€ 380,00€
20 Reich Marks 305,14€ 308,00€

Cours des actions minières, or ETF et principales actions minières.

or Spot & or à terme.
 CoursChg%ChgOuvre+ haut+ basVol.
Or comptant 1,709.26 -2.30 -0.13% 1,711.35 1,717.27 1,706.82 0.00
Or 1,708.80 -3.10 -0.18% 1,713.10 1,717.80 1,706.80 45.73 k
Or ETF
 CoursChg%ChgOuvre+ haut+ basVol.
GLD – SPDR Gold ETF 165.93 -0.09 -0.05% 166.23 166.60 165.77 6.44 m
IAU – iShares Gold ETF 16.67 0.00 0.00% 16.69 16.73 16.65 3.86 m
GDX – Gold Miners 51.24 -0.35 -0.68% 51.71 51.88 51.00 8.55 m
DGP – 2x Gold Bull ETF 54.66 -0.09 -0.16% 54.93 55.14 54.60 114.67 k
Actions minières
 CoursChg%ChgOuvre+ haut+ basVol.
Barrick Gold Corp. 39.18 -0.31 -0.79% 39.67 39.68 39.13 5.25 m
Goldcorp Inc. 43.74 -0.08 -0.18% 43.87 44.25 43.50 4.41 m
Anglogold Ashanti 32.45 -0.05 -0.% 32.63 32.63 32.10 1.56 m
Kinross Gold Corp. 9.64 -0.11 -1.13% 9.77 9.86 9.59 66 m
Yamana Gold Inc. 18.68 -0.18 -0.95% 18.85 18.90 18.60

Les boutiques de rachat d'or à nouveau épinglées

Source : Le figaro.

L'Institut national de la consommation réclame un encadrement législatif plus fort du secteur de rachat des bijoux.
La hausse des cours de l'or ne doit pas pousser les particuliers à l'imprudence. C'est le message envoyé par l'Institut national de la consommation (INC) et les Crédits municipaux qui ont mené une enquêtedans les boutiques spécialisées dans l'achat d'or à Paris et sa banlieue, Marseille, Rouen, Nantes, Strasbourg, Toulouse, Toulon et Bordeaux.

Des clients mystères ont été envoyés dans 150 officines pour fait évaluer un lot de bijoux d'une valeur identique pour chaque ville, préalablement expertisé par des spécialistes. Le résultat est «sans appel» selon l'INC: «Dans près de 97% des cas, quel que soit le cours de l'or, les estimations proposées par les ‘professionnels' étaient bien en dessous de celles préconisées par les experts, autrement dit les consommateurs n'en ont pas pour leur or». L'enquête a mis en lumière des pratiques d'évaluation douteuses qui amènent à des écarts d'estimation pouvant varier du simple au double. A Bordeaux, l'achat d'un même lot de bijoux, préalablement expertisé à 1200 euros, a ainsi été proposé à 1000 euros dans une boutique et à 531 euros dans une autre.

Autre problème: les informations fournies aux clients sont «trop succinctes, voire inexistantes». Ainsi, aucune officine n'affichait le prix du gramme ou du kilo d'or acheté. Dans 9 établissements sur 10, le cours de l'or lui-même n'était pas mentionné. Seuls 5% des acheteurs indiquaient le montant de leurs commissions, des taxes et autres frais éventuels. Pas un seul point de ventes sur les 150 visités, n'a remis un document écrit précisant le descriptif du bijou, son poids et sa valeur en or, ou même sa valeur estimée globale. Pire, dans 75% des cas, aucune pièce d'identité n'a été réclamée au client mystère. Six boutiques auraient même proposé de payer les vendeurs en liquide, ce qui est interdit par la loi.

Problème de réglementation

Sur ce dernier point, la Chambre syndicale des négociants d'or et du bijou d'occasion (CSNOBO) dénonce une «faille» dûe à l'absence de décret d'application d'une loi de 2011 interdisant les paiements en espèce. «Aujourd'hui, il n'y a rien de précis, rien de clair. Certains appliquent la loi et refusent tout paiement en espèce mais d'autres continuent d'appliquer le seuil précédent de 3000 euros», fait remarquer Gilles Rebibo, président fondateur de la CSNOBO et fondateur du groupe Mister Gold.

D'après lui, la profession reste régie par des dispositions remontant à Napoléon, avec des réglementations douanières, fiscales et policières souvent contradictoires. «Il est absolument impossible de se retrouver dans les textes actuels», déplore Gilles Rebibo. «Tant que l'on n'était pas nombreux, ce n'était pas trop important mais avec la forte augmentation des acheteurs d'or, il faut que les règles soient les mêmes pour tout le monde, pour éviter toute concurrence déloyale et pour protéger le consommateur», a-t-il expliqué.

Le nombre d'officines est passé en France de 1000 à quelque 3000 en seulement quatre à cinq ans, affirme la chambre syndicale et «n'importe qui peut en ouvrir une», sans avoir de formation particulière ni même de vérification du casier judiciaire, assure le CSNOBO. Le secteur, qui a vu son chiffre d'affaires multiplier par 4 ou 5 depuis quatre ans avec la crise selon le CSNOBO, devrait encore se développer. Gilles Rebibo réclame donc l'adoption d'une loi pour professionnaliser le secteur et déterminer une réglementation fiscale et douanière «précise et compréhensible par tout le monde». Même revendication du côté de l'INC et des Crédit Municipaux qui donnent quelques conseils aux particuliers: demander un devis et une facture précisant le poids, le nombre de carats et le prix du bien, comparer les différentes propositions d'achat avant de vendre et faire préalablement peser l'or, par exemple à La Poste. Un livret d'informations à destination des consommateurs est également en cours d'élaboration.