Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/10/2012

Les cours de l’or sont surachetés?

 
Après un bond de 17% depuis les plus bas de mai dernier, les cours de l’or en dollars butent contre le seuil majeur des 1800 dollars. Un mauvais présage pour les prochains jours.

A 16h50 mardi l’échéance de décembre sur les cours de l’or recule de 0,3% à 1777 dollars l’once. Les cours subissent des prises de bénéfice après un nouveau record annuel la veille en dollars et alors que les cours ont atteint un nouveau record de tous les temps en euros.

Les cours ont été portés par l’affaiblissement du dollar qui a perdu de près de 7% depuis le 24 juillet contre l’euro dans l’anticipation d’un QE3 outre atlantique. Les craintes de ralentissement mondial, après la dégradation des indices PMI en Chine et en Europe ont pris le relais, provoquant un regain d’intérêt pour actifs refuge comme l’or.

La BCE pourrait elle aussi lancer son programme de rachats d’obligations souveraines, en rachetant notamment de la dette espagnole. Mais cette mesure est conditionnée à la demande préalable de Madrid. Or Madrid n’a toujours pas formulé de demande officielle. Les analystes ont cependant noté une légère inflexion dans le discours de Mariano Rajoy lors de la présentation du budget 2013. Le déclenchement du programme de rachat aurait pour effet d’alourdir le bilan de la BCE et de diluer la valeur de l’euro. Par contrecoup, cela renchérirait le coût de l’or stipulé en dollars.

Du point de vue de l’analyse technique, l’indécision qui prévaut depuis le 17 septembre témoigne d’un essoufflement. Les cours de l’or ont bondi de 17% depuis leurs plus bas de mai dernier et reviennent au contact d’une résistance graphique majeure autour de 1800 dollars. Ce niveau a déjà été testé à deux reprises en février dernier et novembre 2011. La tendance pourrait rapidement s’inverser à la baisse alors que les cours sont clairement surachetés.

Le pivot de la tendance court terme se situe à 1730 dollars. En dessous, la tendance deviendrait négative, avec comme conséquence un retour sur les 1690 dollars, puis sur les 1660 dollars, soit les retracements de Fibonacci respectifs de 38,2% et 50% de la hausse. A moyen terme, la formation d’un vaste couloir horizontal entre 1520 et 1800 dollars témoigne d’une configuration de fond indécise.

OR : Poursuite du rallye

Source: les echos.

Les traders particuliers se mettent à l'achat sur l'or en ce moment alors que le cours du métal jaune a rallié fortement ces deux derniers mois grâce aux spéculations sur les nouveaux programmes d'assouplissement des banques centrales mondiales.

Ceux qui ont anticipé l'annonce du QE3 aux Etats-Unis ont effectivement pu réaliser une belle performance depuis août (et même avant pour les plus patients). Pourtant, le rallye actuel du cours de l'or pourrait être freiné dans les prochaines séances alors qu'il se retrouve sous le niveau important des 1800$ l'once.

Il ne faut pas être un spécialiste de l'analyse technique pour comprendre le graphique ci-dessous. Depuis novembre 2011, le cours de l'or est dans un range large entre 1525$ et 1800$. Et c'est sous la résistance de ce range qu'une correction baissière est désormais possible, ce qui invite les vendeurs spéculatifs de se présenter en ce moment.

Nous invitons les investisseurs ayant acheté l'or ces dernières séances à faire très attention vu le risque actuel d'une correction sous les 1800$. Ce message est d'autant plus important pour les traders particuliers (et surtout les débutants) qui se mettent dans le train maintenant en achetant l'or sur le raisonnement qu'ils ont entendu que l'or devrait monter vers les 2000$ dans les prochains mois.

Or, il est tout à fait possible que le cours de l'or franchit les 1800$ pour enfin remonter vers les plus hauts de 2011 (1900/10$). Mais la possibilité d'une correction dans les prochaines séances est réel, et si effectivement le cours échoue sous cette résistance l'or pourrait perdre au moins 5% de sa valeur avant de retrouver des niveaux plus intéressants pour des stratégies acheteuses.

Pour les traders souhaitant actuellement se placer à la vente pour jouer une stratégie spéculative sous les 1800$, les stops doivent être mis au-dessus des plus hauts de novembre 2011 (1802.80$). Les objectifs possibles sont à 1703 voire 1670 en extension, mais il faudra franchir les 1764$ dans un premier temps pour être certain du scénario d'une correction. Si vous ne voulez pas entrer en spéculatif donc, il faudra attendre un signal baissier clair sous les 1764$ avant de pouvoir rechercher un point d'entrer.

Crise oblige, les boutiques d’achats d’or se multiplient

 

Bienvenue dans le monde complexe des acheteurs d’or. La combinaison de la crise et des valeurs historiques atteintes par les métaux précieux font que le marché est en pleine expansion. Et que la concurrence fait rage entre internet, bijoutiers, commerces itinérants et boutiques spécialisées. Ces dernières poussent comme des champignons, avec des vitrines tapageuses qui promettent toutes de racheter votre or au meilleur prix. C’est ce que nous avons voulu vérifier. En se faisant passer pour de simples clients munis d’une collection de dix pièces de 20 francs – les fameux napoléons –, de six pièces de 20 francs suisses, de cinq pièces de 10 florins et de deux médailles et chaînes. Marchandage Bilan des courses : sur les six établissements testés, cinq propositions différentes. Et un écart de 643 €. Le moins offrant se situe à 4 324,08 €, là où le plus offrant culmine à 4 967,50 €, soit 47 € de plus que le second. Hasard ou coïncidence, les deux plus généreux, dont un numismate, sont sur la place depuis plusieurs années. D’un coup d’œil, ils repèrent parmi les dix napoléons deux pièces à différencier parce qu’elles ont un peu plus de valeur : « Des Marianne Coq ». Une troisième acheteuse les signalera aussi : « Vous devriez aller voir un numismate pour celles-là. » Avant de les remettre avec les 19 autres dans la balance et de finalement peser le tout sans opérer de différences entre ces pièces aux valeurs très disparates. Car chaque acheteur a sa méthode et surtout son propre circuit d’écoulement. « Moi, ça part à la fonte », indique celle qui reprend tout au poids (136,56 g de pièces et 10,76 g de médailles) pour un total de 4 623,23 €. Là où les deux plus offrants vont remettre les pièces en circulation sur le marché des investisseurs. Quant aux bijoux, payés au poids, les prix varient dans les cinq boutiques de 250 à 220 €, sans qu’on comprenne vraiment pourquoi : les explications sont floues ou complexes. 18 ou 24 carats, suppression de 25 % du grammage, l’or ne pesant que 75 % du poids total, le client a de quoi s’y perdre ! Tous les prix sont nets, c’est-à-dire déduits des commissions et des 8 % de taxes de l’État. Une obligation, comme celle de payer les achats en chèque et de demander une pièce d’identité. Une manière de sécuriser le marché face au recel. L’un des acheteurs s’en affranchit allégrement : « Je peux vous payer une partie en liquide si vous voulez. Parce que la provenance, je m’en fous ! » C’est la seule irrégularité vraiment relevée. Car là où le bât blesse, c’est que la profession n’est pas réglementée. Chacun y est notamment libre de fixer son propre prix d’achat. Ce qui donne lieu à des scènes cocasses, genre marchandage de tapis : « Je suis moins bien placé que d’autres acheteurs ? Attendez, y’a pas de souci, je peux faire mieux ! »