Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/11/2012

les pistes pour profiter de la ruée vers l’or.

Source : Capital.fr

 
Depuis la crise boursière de 2008, l’engouement pour le métal jaune ne se dément pas. Valeur refuge par excellence, l’or présente l’avantage de protéger votre patrimoine contre un retour de inflation.

Et cette euphorie contribue à faire grimper le cours de l'or. En cinq ans, le prix de l’once d’or a progressé de 125%, faisant largement mieux que n’importe quel autre produit financier. Certes, l’or reste soumis aux aléas des marchés et l’investisseur n’est pas à l’abri de voir chuter les cours. Mais ce placement constitue une bonne opportunité de diversifier son portefeuille à condition de ne pas y consacrer plus de 5 à 10%. Pièces, lingotins, certificats… tour d’horizon des principales solutions qui s’offrent aux particuliers souhaitant placer une partie de leur épargne sur le métal jaune.

L’or physique :

 Si vous souhaitez détenir de l’or, le plus simple est d’acheter des lingots ou des pièces. Aujourd’hui, un lingot d’or de 1kg se négocie à 42.000 euros. A moins d’être extrêmement fortuné, mieux vaut donc fractionner vos acquisitions en privilégiant les lingotins.

 Commercialisés depuis 2010 par CPOr Devises, il en existe de différents poids : 1 once, 50 grammes, 100 grammes, 250 grammes et 500 grammes ; leur prix oscille respectivement autour de 1.400 euros, 2.300 euros, 4.600euros, 11.400 euros et 22.900 euros. Bon à savoir : pour les épargnants disposant de moins de liquidités, l'offre a même été déclinée tout dernièrement en tous petits lingotins de 5 grammes (230 euros), 10 grammes (450 euros) et 20 grammes (920 euros).

 

17/11/2012

Le premier ministre turc annonce que l'or devrait remplacer le dollar

Le Premier Ministre turc ne fait que confirmer l'exaspération de nombreux pays de voir le dollar utilisé comme monnaie de réserve internationale.

 

Lors de son séjour en Indonésie, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a suggéré au Fond Monétaire International (FMI) de remplacer le dollar par l'or lorsque des prêts sont accordés aux pays en difficulté. Il a également affirmé que l'intervention du FMI a souvent eu des conséquences désastreuses pour les pays concernés par ces plans d'aides.

Erdogan a donc demandé pourquoi le FMI utilisait le dollar et non l'or qui a prouvé depuis des millénaires sa capacité à maintenir une valeur constante.

Le FMI ne devrait pas utiliser une monnaie liée aux intérêts d'un seul État : les USA.

La Turquie a payé un lourd tribut suite à l'accord que le pays avait passé avec le FMI il y a plusieurs années. En avril la Turquie aura terminé de rembourser l'intégralité des sommes dues au FMI mais le premier ministre turc a affirmé qu'aucun nouvel accord ne sera signé avec le FMI à l'avenir. Erdogan a conclu en disant que "tout le monde pense que le FMI aide les pays en difficulté, mais ce n'est pas le cas, et cela doit changer".

Commentaire :

Cette affirmation du Premier Ministre turc est lourde de sens et ne fait que confirmer l'exaspération de nombreux pays (dont les BRICS) de voir le dollar utilisé comme monnaie de réserve internationale. Monnaie qui a perdu 98% de son pouvoir d'achat depuis le début du 20ème siècle et qui ne remplit donc pas son rôle de stabilité et maintien de valeur.

La stratégie de Ben Bernanke, président de la Fed. (banque centrale Américaine) d'imprimer 40 Milliards de "nouveaux" dollars par mois (QE3) consterne les pays disposant d'immenses réserves de change en dollar. Le dollar étant la monnaie de réserve internationale, tous les pays en possèdent et subissent donc une dévaluation rapide de leurs réserves de change.

L'or, à l'inverse, est stable en termes de pouvoir d'achat depuis des millénaires. On dit qu'une once d'or a toujours permis d'acheter un costume, c'est encore parfaitement vérifiable aujourd'hui au cours de 1360 euros l'once.

La progression du cours de l'or ne doit être comprise que comme un symbole de la destruction du pouvoir d'achat des monnaies papier. De nombreux pays à fortes réserves de change, ont bien conscience de cette destruction permanente du pouvoir d'achat du dollar et poussent depuis quelques années vers l'utilisation d'une nouvelle monnaie qui ne soit pas liée à des intérêts économiques/financiers propres à un seul État.

Cette annonce du premier ministre Turc est un indice supplémentaire permettant d’anticiper ce à quoi ressemblera le prochain système monétaire. Protégez votre patrimoine en conséquence.

la prime des pièces d'or

Le prix de l'or ne dépend pas seulement du cours de l'once, mais aussi du jeu de l'offre et de la demande. Explications.

 

Il ne suffit pas de multiplier le cours de l'or par la quantité d'or fin présente dans une pièce pour obtenir son prix. En effet, la valeur d'une pièce dépend aussi de l'offre et de la demande la concernant. La différence entre le prix d'une pièce et sa valeur d'or fin s'appelle la prime. Une prime élevée signifie que la demande est forte. A l'inverse, lorsque la prime est proche de zéro, voire négative, cela signifie que les investisseurs s'intéressent peu à cette pièce. « Mieux vaut acheter des pièces dont la prime peut s'apprécier : cela crée un effet de levier sur le prix de l'or », explique Jean-François Faure, le président d'AuCoffre.com à propos par exemple du 10 Francs Napoléon aussi appelé Demi Napoléon. Sa prime se situe actuellement aux environs de 18 %, mais a pu monter jusqu'à 80 % en pleine crise mondiale à l'automne 2008. Il faut donc bien maîtriser cet élément pour acheter des pièces lorsque la prime est raisonnable et, éventuellement, les revendre lorsqu'elle s'apprécie. Le Napoléon se négocie quant à lui avec une prime très raisonnable, de l'ordre de 3,5 %.