Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/11/2012

le CAC 40 reduit ses pertes

Un article de les echos. La Bourse de Paris est revenu de ses plus bas du jour à la suite d’informations du Bild selon lesquelles Berlin veut regrouper trois tranches d’aide à la Grèce en un seul versement de plus de 44 milliards d’euros. Cette rumeur permet aux banques de rebondir, l’euro se reprend quant à lui à 1,2705 dollar après avoir touché un plus bas de deux mois ce matin à 1,2666. La résistance du Dow Jones, dopé par Home Depot, est également bien perçue. Les craintes entourant la Grèce n’ont toutefois pas disparu, d’autant que la dégradation du moral des investisseurs allemands reflète la vulnérabilité de la première économie de la zone euro à la crise qui frappe la région et suggère que le pays pourrait bientôt tomber en récession. Les inquiétudes relatives à la « falaise fiscale » aux Etats-Unis pèsent également. Les valeurs liées aux matières premières sont logiquement en baisse, tandis que les « utilities » pâtissent de l’avertissement de l’allemand E.ON pour 2013.

A 16h15, le Cac 40 cède 0,08% à 3.408,87 points dans un volume d’affaires de 1,42 milliard d’euros traités. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,30% et, à Francfort, le Dax cède 0,57%. L’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro plie de 0,15%, accusant ainsi sa cinquième baisse d’affilée. A New York, le Dow Jones gagne 0,39%, tandis que le Nasdaq Composite baisse de 0,07%. Poids lourd du Dow Jones, Home Depot progresse de 5,2% après des résultats trimestriels supérieurs aux attentes le relèvement de ses prévisions annuelles. Présent dans les trois indices phares, Microsoft abandonne plus de 3% alors que Steven Sinofsky, considéré comme successeur de Steve Ballmer à la tête du groupe, a décidé de quitter l’entreprise deux semaines seulement après le lancement de Windows 8. M. Sinofsky dirigeait la division Windows.

Athènes a obtenu hier soir un délai supplémentaire de deux ans pour réaliser les économies imposées par la troïka, mais ce prolongement représente un besoin de refinancement additionnel de 32,6 milliards d’euros. Par ailleurs, l’Union européenne et le FMI divergent sur le moyen de rendre la dette du pays soutenable. Ce matin, Athènes a alloué pour 4,06 milliards d’euros d’obligations à un et trois mois au regard d’une émission arrivant à échéance le 16 novembre. De son côté, Rome a adjugé pour 6,5 milliards d’euros d’obligations à un an, soit le haut de la fourchette visée, au rendement moyen de 1,76%, le plus faible depuis la mi-septembre, contre 1,94% le mois dernier. Aux Etats-Unis, le Congrès, dont la nouvelle session débute ce mardi, dispose de sept semaines pour tenter de trouver un terrain d’entente sur les 600 milliards de dollars de hausses d’impôt et de réductions budgétaires programmés automatiquement en début d’année prochaine si aucun accord n’est trouvé.

Sur le front des statistiques, l’indice ZEW du moral des investisseurs et analystes allemands a reculé à -15,7 points en novembre, contre -11,5 points en octobre et -9,8 points attendus par le consensus établi par Reuters. En France, l’emploi salarié dans les secteurs marchands non agricoles a diminué de 0,3% au troisième trimestre, avec 50.400 postes supprimés, selon l’estimation « flash » publiée par l’Insee. En Grande-Bretagne, les prix à la consommation ont augmenté de 0,1% en octobre et de 2,7% par rapport au même mois de 2011, soit leur plus forte hausse annuelle depuis mai. Aucun indicateur américain de premier plan ne figure à l’agenda.

Plus forte baisse du Cac 40, Alcatel-Lucent abandonne 3,35% à 0,866 euro. Son concurrent Nokia Siemens Networks a regagné des parts de marché dans les équipements télécoms mobiles au troisième trimestre, réduisant son retard face aux leaders Ericsson et Huawei, selon le cabinet d’études Dell’Oro.

LES BANQUES REPRENNENT DES COULEURS

Les banques se reprennent à la suite des rumeurs de la presse allemande sur la Grèce. BNP Paribas prend 0,70% à 39,81 euros, Crédit Agricole 1,90% à 5,583 et Société Générale 1,08% à 25,175.

GDF Suez lâche 1,47% à 16,455 euros après l’abaissement de prévisions de l’allemand E.ON pour 2013 et sa mise en garde sur le risque de diminution de la demande d’électricité en Europe. L’indice Stoxx 600 des « utilities » accuse la plus forte baisse sectorielle. EDF perd 1,589% à 15,175 euros. L’électricien et Areva ont signé un accord de coopération avec le chinois CGNPC pour la construction d’un réacteur nucléaire de troisième génération, rapportent Les Echos en citant la revue Vivre EDF l’hebdo. Veolia Environnement cède pour sa part 0,12% à 7,692 euros.

ArcelorMittal baisse de 1,69% à 11,96 euros et de Total 0,57% à 37,61 dans le sillage du repli des cours des métaux et du pétrole.

Michelin glisse de 1,21% à 64,76 euros alors que l’italien Pirelli a abaissé sa prévision de ventes pour 2012 en raison du ralentissement économique en Europe du Sud.

Renault recule de 1,54% à 33,475 euros. Le constructeur automobile pourrait s’engager à ne pas fermer d’usines en France si les négociations sur la compétitivité débouchent sur un accord avec les syndicats, a annoncé un porte-parole du groupe.

EADS prend 0,31% à 26,195 euros. La compagnie mexicaine Interjet a annoncé une commande de 40 Airbus A320. Par ailleurs, Exane BNP Paribas a relevé son objectif de cours sur la valeur de 3% à 35 euros tout en maintenant son opinion à « surperformance ». Parmi les autres changements de recommandations, RBC Capital est passé de « performance en ligne » à « surperformance » sur Pernod Ricard, dont l’action gagne 1,47% à 84,22 euros.

Capgemini avance de 2,67% à 31,56 euros. La SSII a signé un accord avec Hydro One Networks, l’un des principaux producteurs nord américains d’électricité, pour lui fournir une solution de gestion de ses investissements.

En dehors du Cac 40, Lagardère plie de 0,45% à 24,905 euros. Le groupe a fait état d’une baisse de 1% de son chiffre d’affaires à 1,96 milliard d’euros au troisième trimestre. A données comparables, l’activité a diminué de 0,4%. Lagardère confirme son objectif de stabilité du résultat opérationnel courant médias pour l’ensemble de l’exercice par rapport à 2011 et table sur un net recul de ses recettes publicitaires cette année. Enfin, Arnaud Lagardère a annoncé que le groupe sortira très probablement d’EADS en 2013.

Lire le reste de l'article:

Le Cac 40 réduit ses pertes avec les banques et Wall Street

Wall Street en baisse.

Wall Street hésitait en début de séance mardi, perturbée par la menace d'une impasse budgétaire aux Etats-Unis et par des craintes persistantes sur la situation de la zone euro, en particulier de la Grèce: le Dow Jones grignotait 0,04%, mais le Nasdaq cédait 0,38%.

 

Vers 14H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average prenait 4,70 points à 12'819,78 points, tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 11,01 points à 2893,25 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 se repliait de 0,09% (-1,31 point) à 1378,72 points.

Wall Street avait fini quasi stable la veille, après une séance en dents de scie, et s'apprêtait à suivre une évolution similaire mardi, alors que les courtiers se focalisaient sur des inquiétudes des deux côtés de l'Atlantique, selon les experts de la banque Wells Fargo.

Aux Etats-Unis, les courtiers devaient tourner leur attention vers Washington où le "Président (Barack) Obama doit rencontrer aujourd'hui des représentants de groupes syndicaux et des dirigeants du monde des affaires, dans le but de s'assurer de leur soutien à son plan pour éviter un +mur budgétaire+", ont-ils noté.

Les investisseurs voyaient en effet avec angoisse s'approcher l'entrée en vigueur, si aucun accord n'est trouvé, d'une réduction automatique des dépenses publiques et de hausses d'impôts au 1er janvier 2013, qui seraient susceptibles de faire trébucher l'économie américaine, encoure peu vigoureuse, dans un nouveau cycle de récession.

En Europe, l'absence d'un accord immédiat sur la Grèce à l'issue d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, a relancé les craintes sur le sort de ce pays et son maintien dans la zone euro.

 

La Grèce fait baisser l'or en favorisant le dollar US

 

 
Par Forexpros  |  Matières Premières et Futures  |  13/11/2012 08:26 GMT  |
  Les options sur l'or étaient de nouveau à la peine ce mardi matin, leurs pertes de la veille se trouvant aggravées par les incertitudes grandissantes concernant le plan de sauvetage de la Grèce, poussant les opérateurs dans les bras rassurants de l'étalon américain.

Sur la section Comex de la bourse aux matières premières de New York, les contrats sur l'or à échéance pour décembre se sont échangés à 1 722.65 USD de l'once en début de séance européenne, cédant 0.5%.

Ils avaient précédemment touché le fond à 1 721.35 USD, leur pire cours depuis le 8 novembre, avec un faux pas de 0.6%.

Les chances étaient grandes de les voir trouver du soutien à court terme à 1 712.75 USD, leur plancher du 8 novembre, et rencontrer de la résistance à 1 738.75 USD, leur plafond du lendemain.

Le problème des caisses vides grecques est en effet revenu au premier plan hier, la rencontre des ministres des finances de l'Eurogroupe ayant pris fin sans dégager de consensus concernant l'attribution ou non des 31.5 milliards d'euros de plus en plus indispensables.

La décision à ce sujet a du coup été remise au 20 novembre, le Fonds Monétaire International et les dirigeants européens n'ayant pas réussi à se mettre d'accord sur la meilleure façon de réduire les dettes d'Athènes jusqu'à un niveau gérable.

Le pays procèdera aujourd'hui à une émission de bons du trésor à un et trois mois qui lui permettront de rembourser les 5 milliards d'euros d'emprunts arrivant à échéance vendredi.